Manifeste en français

CartelMarchaMiniaturaLe mouvement féministe DÉNONCE que les violences machistes représentent la manifestation la plus violente de l’INÉGALITE DE GENRE et représentent la plus grande violation des DROITS HUMAINS DES FEMMES subie par notre société.

Depuis 1995, 1378 femmes ont été assassinées par le terrorisme machiste. Depuis le début de l’année, 70 féminicides et autres assassinats contre des femmes, commis par des hommes, ont été comptabilisés. Rien que pendant l’été 2015, 37 femmes et 8 enfants mineurs ont été assassinés par leurs conjoints, leurs pères, ou les conjoints de leurs mères. Les femmes et les enfants mineurs subissent la violence patriarcale sous de multiples formes. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Au cours des dernières années, nous avons subi les conséquences des coupes budgétaires systématiques dans les finances publiques, dans le domaine des droits sexuels et reproductifs, des coupes budgétaires en ce qui concerne l’interruption volontaire de grossesse des mineures de 16 et 17 ans, des coupes budgétaires dans les fonds destinés spécifiquement à la lutte contre les violences machistes. La culture patriarcale nous culpabilise, sans que la société, les médias ni les pouvoirs publics, ne se dressent contre les mythes misogynes et anti-féministes.

Le mouvement féministe considère que les violences que nous subissons dans plusieurs domaines ont lieu dans une société qui tolère l’inégalité, qui réduit la crédibilité et l’autorité des femmes. Le machisme alimente notre dévalorisation, réduit nos corps à de simples objets et ne respecte pas nos décisions. De même, ces agressions sont inséparables de celles que subissent les personnes qui ne correspondent pas à un modèle de masculinité hégémonique.

C’est pour toutes ces raisons que le mouvement féministe convoque la Manifestation contre les violences machistes le 7 Novembre pour:
EXIGER:

  • Que la lutte contre le terrorisme machiste soit une question d’État.
  • Que soit développée et mise en place la Convention d’İstanbul, que les recommandations de la CEDAW soient appliquées, que la loi 1/2004 soit modifiée pour que toutes les formes de violence contre les femmes soient prises en compte.
  • Que toute la société, ses organisations et institutions s’engagent dans cette lutte.
  • Que la lutte et les moyens financiers mis en place tiennent compte non seulement de la violence exercée par le conjoint ou l’ex-conjoint, mais aussi des agressions sexuelles, du harcèlement sexuel dans le monde du travail, de la traite ayant pour objet l’exploitation sexuelle/professionnelle de femmes et jeunes filles, et toutes les violences machistes.
  • Que toutes les instances du gouvernement s’engagent réellement pour la prévention et l’éradication des violences machistes, ainsi que pour l’accompagnement et le dédommagement de toutes les femmes qui vivent des situations de violence, indépendamment de leur situation administrative.
  • Que l’accent soit mis sur la protection des femmes touchées par la violence, en leur proposant diverses possibilités qui impliquent une véritable reconstruction de leur vie, sans oublier les aspects économiques et sociaux, pour elles et leurs enfants.
  • Que la prévention soit une politique prioritaire qui inclue un système co-éducatif dans chaque cycle, la formation spécifique de tout le personnel professionnel qui intervient dans les procès, les médias, la production culturelle et la société civile, pour la lutte contre les violences machistes.
  • Que les médias s’engagent à traiter de manière adéquate les différentes sortes de violences machistes, en les rendant visibles, en évitant le sensationnalisme malsain dans le traitement de l’information, et en utilisant un langage et des images non-sexistes.
  • La disparition de la garde partagée imposée, ainsi que du programme de visites aux enfants mineurs des pères condamnés pour maltraitance. Le retrait et le non-accord de l’autorité paternelle aux pères condamnés pour maltraitance.

Prenons conscience que le Machisme Tue et rend impossible le «vivre ensemble » attendu d’une démocratie.

Nous sommes ici pour faire appel à chaque personne, à chaque institution, à chaque parti politique, à chaque gouvernement, pour ne pas être complices de cette barbarie.

La moitié de l’humanité doit continuer à vivre, nous ne pouvons pas permettre un seul assassinat de plus.

Pour toutes ces raisons, nous vous attendons le 7 Novembre prochain à Madrid, où nous réaliserons une manifestation qui partira du Ministère de la Santé sur le Paseo del Prado, à 12h, et qui prendra fin Plaza España.

NOUS NOUS VOULONS VIVANTES!!! ÇA SUFFIT!!! BASTA!!!

FacebookTwitterGoogle+WhatsAppGoogle GmailLinePinterestCompartir